Skip to main content

Improving Public Policies

in a Digital World

05/06 DEC. 2016

Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

PARIS | FRANCE | 2016

Agenda available!

Gouvernance de l'Internet & Gouv. ouverts

Salle / Hall : IRJS - Salle des séminaires
Horaire / Schedule : 16h40 - 18h00

Président de séance :  Bernard Benhamou (Secrétaire général de l'Institut de la Souveraineté Numérique - Enseignant sur la gouvernance de l'Internet - Université Paris 1 -  Panthéon-Sorbonne)

Langue / Language : Français

En l'espace de quelques années, les instruments fondamentaux de la souveraineté sont devenus indiscernables des outils de la puissance technologique. L'architecture et la gouvernance du réseau sont devenues le nouveau théâtre des conflits internationaux entre États mais aussi entre les acteurs industriels. De nouvelles tensions internationales liées à la volonté de contrôle politique du réseau prennent appui sur l'architecture et la gouvernance de l'Internet. De plus, les révélations d'Edward Snowden sur l'étendue des programmes de surveillance de la NSA, si elles ont suscité de légitimes inquiétudes auprès des citoyens, et commencent à voir d'importantes conséquences industrielles pour l'ensemble des acteurs de l'Internet. En effet, en remettant en cause la confidentialité des échanges sur Internet, les pratiques de la NSA ont modifié profondément la perception de la sécurité et de la vie privée sur Internet. L'affaire Snowden pourrait aussi être à l'origine des changements majeurs dans l'architecture et dans la gouvernance mondiale de l'Internet . En effet, le Gouvernance de l'Internet ne doit plus être uniquement envisagée comme une régulation « a posteriori » des édifices technologiques mis en place par les industriels mais bien comme une co-élaboration des normes et standards qui devront être intégrés « a priori » au cœur même de ces technologies. Ces évolutions devront aussi s'accompagner d'une meilleure prise en compte par les États des évolutions technologiques qui sous-tendent la Gouvernance mondiale de l'Internet afin de préserver les principes qui ont permis le développement de l'Internet.

Cette présentation de 40 minutes sera suivi d'un échange avec les participants.


Les perspectives de la gouvernance mondiale De l'Internet après Snowden Bernard Benhamou - Secrétaire général de l'Institut de la Souveraineté Numérique - Enseignant sur la gouvernance de l'Internet - Université Paris 1 - Panthéon-Sorbonne (France)

En l'espace de quelques années, les instruments fondamentaux de la souveraineté sont devenus indiscernables des outils de la puissance technologique. L'architecture et la gouvernance du réseau sont devenues le nouveau théâtre des conflits internationaux entre États mais aussi entre les acteurs industriels. De nouvelles tensions internationales liées à la volonté de contrôle politique du réseau prennent appui sur l'architecture et la gouvernance de l'Internet. De plus, les révélations d'Edward Snowden sur l'étendue des programmes de surveillance de la NSA, si elles ont suscité de légitimes inquiétudes auprès des citoyens, et commencent à voir d'importantes conséquences industrielles pour l'ensemble des acteurs de l'Internet. En effet, en remettant en cause la confidentialité des échanges sur Internet, les pratiques de la NSA ont modifié profondément la perception de la sécurité et de la vie privée sur Internet. L'affaire Snowden pourrait aussi être à l'origine des changements majeurs dans l'architecture et dans la gouvernance mondiale de l'Internet . En effet, le Gouvernance de l'Internet ne doit plus être uniquement envisagée comme une régulation « a posteriori » des édifices technologiques mis en place par les industriels mais bien comme une co-élaboration des normes et standards qui devront être intégrés « a priori » au cœur même de ces technologies. Ces évolutions devront aussi s'accompagner d'une meilleure prise en compte par les États des évolutions technologiques qui sous-tendent la Gouvernance mondiale de l'Internet afin de préserver les principes qui ont permis le développement de l'Internet.